Actualités

Réunion annuelle du projet SUNRISE

La réunion annuelle du projet SUNRISE se tiendra les 17 et 18 décembre au Mas des Canelles à Auzeville, prés du centre Inra Occitanie-Toulouse.  L'inscription est gratuite mais obligatoire Vous...

Le projet

Le Projet d’Investissements d’Avenir Biotechnologies et Bioressources SUNRISE regroupe l’ensemble des acteurs publics et privés de la filière tournesol - 9 laboratoires de recherche publics, 6 ent...

Les Résultats

Des résultats majeurs concernant l'ensemble des acteurs de la filière : le génome de référence du tournesol décrypté, l'identification de gènes conférant potentiellement une tolérance à la sécheres...

Dans le cadre du Projet SUNRISE, un séquenceur unique en France s’installe à l’INRA de Toulouse Midi-Pyrénées

Impulsé par plusieurs équipes de recherche1 du centre Inra de Toulouse Midi-Pyrénées dans le cadre du Projet Investissement d’Avenir SUNRISE, soutenu par la Région Midi-Pyrénées et les partenaires industriels Sofiprotéol et Libragen, un séquenceur d’ADN longs fragments de toute dernière génération, le PacBio RS II, est aujourd’hui disponible au sein de la plateforme de génomique GeT-PlaGe de la Génopole de Toulouse. Le séquenceur PacBio RS II est un nouvel outil clé pour le projet SUNRISE.

Grâce aux avancées technologiques de ces 20 dernières années, les laboratoires de recherche peuvent désormais acquérir l’information génétique de n’importe quel organisme. En fonction de sa complexité, il est plus ou moins facile de reconstituer et d’identifier le catalogue de gènes qui le constitue. Cette étape de décryptage est essentielle car la comparaison des catalogues de gènes d’organismes proches mais ayant des caractéristiques légèrement différentes est la stratégie-clé pour identifier les gènes responsables d’une propriété d’intérêt (comme la résistance à une maladie, la teneur en protéine ou la tolérance à la sécheresse).

Le PacBio RS II, séquenceur à haut débit de 3ème génération permet d'obtenir dans des délais très courts (quelques jours contre plusieurs mois), des résultats d’une qualité inégalée sur le génome entier d’une espèce ainsi que sur des zones ciblées, ouvrant ainsi un champ nouveau d'applications pour l'activité de services génomiques dans les domaines de l’agronomie, l’écologie, la médecine,…

La technologie PacBio va ainsi permettre de finaliser dans les mois qui viennent le décryptage du génome de référence du Tournesol. Il sera une avancée majeure dans le développement de nouvelles variétés plus résistantes aux maladies et plus tolérantes à la sécheresse dans un contexte de changement climatique et il apportera une aide aux producteurs pour mieux lutter contre les parasites comme l’orobanche2, par une utilisation encore plus raisonnée des intrants.

Le PacBio RS II a bénéficié d'un financement global (équipement et ressources humaines) d’un peu plus de 1,3 millions d'euros dont 36 % financé par le FEDER, 36 % par la Région Midi-Pyrénées, 14,6 % par l'Inra, 13 % par Sofiprotéol et 0,4 % par Libragen.

 

 

1Equipe Tournesol et Bioinformatique du LIPM, Laboratoire Interactions Plantes Microorganismes (Inra-CNRS), la plateforme de génomique GeT-Plage et le Centre National de Ressources Génomiques (CNRGV)

2Orobanche : parasite se fixant sur les racines de tournesol, provoquant d'importants dégâts dans les pays producteurs. Sa présence est avérée en France et notamment dans la Région Midi-Pyrénées depuis 2009.